Vendée Globe : 20 géants à l’assaut des mers

Ce 10 novembre, quelques uns des meilleurs marins de la planète s’élanceront des Sables d’Olonne pour un tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance.

A 13h02 précisément ce samedi, ils seront vingt skippers hors pair, vingt aventuriers forcément un peu casse cou, à partir à l’assaut des océans. Comme tous les quatre ans, le Vendée Globe mettra aux prises la crème de la crème des navigateurs. En solitaire, sans escale et sans assistance, ces véritables virtuoses de la voile s’apprêtent donc à braver et à dompter les élément trois mois durant. De l’océan Atlantique à l’océan Pacifique, en passant par l’océan Indien; du Cap de Bonne Espérance au Cap Horn, ils devront faire face à des conditions éprouvantes afin de rejoindre les Sables d’Olonne le plus rapidement possible. 

Un record de 84 jours et des brouettes

Cette année, à l’occasion de la septième édition, dix-neuf hommes et une seule femme – la britannique Samantha Davies – prendront la mer. Parmi eux, douze Français, un Franco-Italien, trois Britanniques, deux Suisses, un Espagnol et un Polonais. A 57 ans, Dominique Wavre, doyen de la cuvée 2012, courra son dixième tour du monde et son quatrième Vendée Globe. Un briscard qui n’effraie pas Louis Burton. Du haut de ses 27 ans, le jeune homme est le benjamin de l’aventure et novice en matière de tour du monde. Au delà des différences, ils auront 24 000 milles – soit environ 44 450 km – pour en découdre. Et peut-être battre le record de 84 jours, 3 heures, 9 minutes et 8 secondes détenu par Michel Desjoyaux, double vainqueur de la course et tenant du titre, depuis 2009.

En régate mythique qui se respecte, le Vendée Globe a vu s’affronter les plus grands noms de la voile : Titouan Lamazou, Alain Gautier, Loïck Perron, Yves Parlier, Isabelle Autissier ou encore Ellen MacArthur. Riche de records, d’exploits sportifs, techniques et humains, de miracles – Tony Bullimore a survécu cinq jours dans la coque de son bateau en 1996 avant d’être secouru-, elle est aussi emaillée de drames avec les disparitions en course de Nigel Burgess en 1992 et de Gerry Roufs en 1996. Pas étonnant donc que, de l’avis de nombreux vieux loups de mer, le Vendée Globe est sans conteste la plus grande course à la voile autour du monde, le graal pour tous skippers.

Alors, bon vent à eux et à l’année prochaine ! (Le vainqueur étant attendu vers la fin janvier)

Mathieu Perrichet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s