Félix Baumgartner, l’homme supersonique

Le parachutiste autrichien a réussi son pari ce dimanche soir (en France) en devenant le premier humain à franchir le mur  du son au cours de la plus haute chute libre de l’histoire.

39 km, c’est de cette altitude que Félix Baumgartner s’est jeté dans le vide, tête la première, au dessus du Nouveau-Mexique (Etats-Unis) en cette fin de week-end. Après plus de deux heures et demi d’ascension, aux confins de l’atmosphère, dans sa capsule accrochée à un ballon gonflé à l’hélium, le parachutiste de l’extrême s’est élancé pour une chute libre de 4 minutes et 19 secondes. Un saut complètement fou lui permettant d’atteindre la vitesse de 1 342,8 km/h selon le représentant de la Fédération internationale aéronautique. Et de passer ainsi le mur du son (1224 km/h) avant d’ouvrir son parachute à 1 500 mètres du sol. En tout, cette petite cabriole aura duré 9 minutes et 3 secondes. Un plongeon phénoménal donc qui a vu l’Autrichien retrouver le plancher des vaches presque comme s’il venait d’aller faire un footing.

Un saut de l’ange et des records

«Quelquefois il faut aller très haut pour se rendre compte combien nous sommes petits», a déclaré d’humeur philosophe Félix Baumgartner juste avant de faire le grand saut. En plus d’être le premier humain à passer le mur du son, l’homme de 43 ans, amateur de sensations fortes, a pulvérisé les records du plus haut vol en ballon et de la plus haute chute libre. Le précédent record était détenu par l’Américain Joe Kittinger depuis 1960 avec une chute de 31 333 mètres – ce dernier était d’ailleurs en contact radio avec le parachutiste tout au long de la mission Red Bull Stratos. « Voir la Terre d’en haut te fait sentir tellement modeste » a raconté, de retour au sol, le héros du jour tout en avouant ne pas avoir pensé à la mort durant son plongeon.

Pour autant, il ne s’agit pas des premiers records tombant dans l’escarcelle de ce casse-cou de l’extrême toujours friand de repousser ses limites. Loin d’être novice en la matière, s’envoyer en l’air est une seconde nature chez l’Autrichien. Ainsi, il a battu, en 1999, le record du monde du plus haut saut en parachute depuis un immeuble du haut des tours Petronas à Kuala-Lumpur en Malaisie. La même année, c’est le record du monde de base jump le plus bas jamais réalisé qu’il est allé chercher en sautant de la main du Christ Rédempteur à Rio de Janeiro. En 2003, il fut également la première personne à traverser la Manche en chute libre. Et la liste est loin d’être exhaustive.

Cet exploit hors du commun, à la fois sportif et scientifique, aura fait frissonner et rêver plus de 7 millions d’internautes en direct sur Youtube ! En repoussant les limites du possible, et après cinq années de préparation, Félix Baumgartner est définitivement rentré dans le grand livre de l’Histoire. Chapeau bas !

Mathieu Perrichet

Publicités

Une réflexion sur “Félix Baumgartner, l’homme supersonique

  1. Trés bel article qui lui rend hommage même si on sait que ce saut sera critiqué ! Même sponsorisé çà reste un record … ! L’exploit d’un homme !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s