Äkta Människor, la série d’anticipation venue de Suède

Lancée sur les écrans suédois en janvier 2012, la série Real Humans est sans aucun doute l’une des bonnes surprises de l’année télévisuelle.

Non, la dernière fiction originale sur petit écran qui fait sensation ne déboule pas des studios hollywoodiens. Ce coup-ci, c’est du côté des mangeurs de Krisprolls qu’il faut lorgner. Plus connus par chez nous pour leurs voitures réputées solides, leurs meubles aux noms imprononçables et leurs vêtements tendances à bas prix, les Suédois peuvent également bluffer le monde entier autrement. Stieg Larsson avait ouvert la voie avec sa trilogie gothico-journalistico-policière Millénium. Avec la série de science-fiction Äkta Människor, le créateur Lars Lundström transforme l’essai et prouve par la même occasion que la vieille Europe est toujours dans le coup quand il s’agit de produire des objets télévisuels innovants et de qualité.

Le pitch ? Dans ce qui parait être un avenir proche, les robots humanoïdes sont devenus des produits de consommations banals. Peu à peu, ils se sont intégrés à la vie de chacun, allant du robot ménager familial à l’ouvrier en passant par l’ « accessoire » sexuel. Au fil des années, grâce aux progrès technologiques, les « hubots » se sont même perfectionnés ressemblant à s’y méprendre à de véritables êtres humains… Alors que la frontière entre hommes et robots devient de plus en plus poreuse, certaines machines commencent à vouloir s’émanciper de la tutelle de leurs maîtres. Tandis qu’une partie de la population rejette ces « hubots » envahissants.

Une réflexion philosophique sur la nature humaine

Derrière cette série d’anticipation se cache en fait une critique de nos sociétés occidentales actuelles. Le tout au travers de thèmes tels que la lutte des classes, l’incivilité, la discrimination,… Il s’agit aussi d’une véritable réflexion philosophique sur la nature humaine. Ici, le bon sauvage du XVIème siècle est devenu un « hubot ». Mais les interrogations restent les mêmes. A partir de quand un « individu » peut-il être considéré comme un humain, avoir des droits… ? La question posée par le personnage Inger Engman à son supérieur – « Pouvez-vous prouver que les humains aient une âme ? », épisode 4, saison 1- n’est d’ailleurs pas sans rappeler le débat central de La Controverse de Valladolid, écrit par Jean-Claude Carrière, à propos de l’humanité des Indiens d’Amériques.

Outre cette peur, cette méfiance, de l’autre, la série interroge également sur la place de l’homme dans une société où les « machines » sont omniprésentes. Et où les avancées technologiques, de plus en plus rapides, sont perçues comme un aboutissement. Cette course éffrénée vers le progrès est-elle synonyme de bien-être ou source de nouveaux maux ? L’homme n’est-il pas en train de se déshumaniser lui-même et de renier sa propre nature ? Dans un monde où les « robots » remplacent peu à peu l’humain, allant même jusqu’à s’émanciper de celui-ci, l’humanité ne risque t-elle pas de créer les conditions propices à sa propre disparition ? En 1818, la britannique Mary Shelley avait déjà évoqué ce thème sous les traits de la créature de Frankenstein échappant au contrôle de son « maître » dans Frankenstein ou le Prométhée moderne. Des questions existentielles sur notre vision de l’avenir introduites subtilement dans une série qui fait sensation. A découvrir sans attendre.

Diffusée à partir de janvier 2013 sur Arte et déjà disponible sur Dailymotion en VOSTFR. Une bonne occasion de réviser son suédois avant d’aller chez Ikéa.

På din skärm ! (A vos écrans ! selon Google Traduction…)

Mathieu Perrichet

P.S.: N’étant moi-même pas particulièrement adepte de science-fiction, je conseille à ceux qui la réprouvent de se laisser tenter.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s